ECHOS DES TRAVAUX DE LA 4ème ASSEMBLEE PLENIERE DE LA RECOWA-CERAO

180

Thème : « Fratelli Tutti : chemin pour construire une fraternité et une paix durable en Afrique de l’Ouest ».

Les travaux ont connu une ouverture solennelle au Siège de la Commission de la CEDEAO le mardi 3 mai 2022, avec les interventions respectives des personnalités suivantes :

Son Eminence Mgr John Cardinal ONAIYEKAN du Nigéria,

S.E. Mgr Lucius Iwejuru UGORJI, Président de la Conférence des Evêques du Nigéria,

S.E. Mgr Antonio G. FILIPAZZI, Nonce Apostolique au Nigeria,

Son Eminence, Mgr Luis Cardinal Antonio TAGLE, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples,

S.E. Mgr Ignatius Ayau KAIGAMA, Archevêque d’Abuja et Président de la RECOWA-CERAO,

M. Jean-Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO,

Message de Son Excellence M. le Président de la République du Nigéria, Muhammadu BUHARI, par la voix du Vice-Président de la République, le Professeur Yemi OSINBAJO.

Son Eminence Mgr Philippe Cardinal OUEDRAOGO, Archevêque de Ouagadougou, Burkina-Faso.

Ces interventions ont été faites, après une intronisation solennelle de la Bible.

Elles ont toutes ciblé le thème de l’Assemblée plénière qui s’intitule : « Fratelli Tutti : chemin pour construire une fraternité et une paix durable en Afrique de l’Ouest ».

Il en ressort les orientations suivantes :

  • La fraternité doit commencer au sein de l’Eglise.
  • Le tribalisme et les particularismes exagérés conduisent à des exclusions.
  • La synodalité est une spiritualité.
  • Fratelli Tutti est à lire en lien avec Evangelii Gaudium et Laudato Si.
  • Se rappeler qu’Abel et Caïn sont de même sang, et que le premier crime a été un fratricide ; les enfants de Jacob ont essayé de tuer Joseph ; Aaron et Miriam, jaloux de Moïse ; les enfants de Zébédé voulaient s’assoir l’un à droite et l’autre à gauche de Jésus.
  • Au-delà de la relation de sang : celui qui fait la volonté de mon Père est mon frère selon Jésus.
  • Menace permanente de la fraternité dans l’Eglise : négligence des pauvres ; manipulation des pauvres pour rejoindre la cause des manipulateurs ; ethnicisme.
  • Construire la paix proposée par le Pape.
  • La vengeance crée la violence.
  • Il faut une mémoire pénitentielle, afin de pouvoir prendre soin de la maison commune.
  •  Toujours entendre résonner cette interrogation : où est ton frère ?
  • Il y a beaucoup de défis sociopolitiques et éthiques : penser à l’intérêt commun et éliminer la corruption.
  • Nous ne pourrons prétendre avoir des solutions à tous les problèmes, mais l’Eglise doit continuer son rôle d’éducation.

Pour la suite des travaux proprement dits, au siège de la Conférence des Evêques du Nigéria, les participants ont écouté respectivement avec intérêt les nouvelles des Conférences Episcopales du Ghana, du Togo, du Bénin, du Sénégal (Mauritanie Cape vert et Guinée Bisau), du Burkina-Faso ; du Libéria ; du Mali ; du Nigeria ; de la Sierra-Léonne et Gambie, de la Guinée Conakry.

Le mercredi 4 mai 2022, les travaux de la deuxième journée de l’Assemblée plénière ont été précédés par la prière avec Marie à travers la méditation d’une dizaine de chapelet. Cette prière s’est terminée avec une intention pour le repos de l’âme de l’ivoirienne Mme Eléonore qui a travaillé pendant plus d’une trentaine d’année pour la CERAO et qui a rejoint la maison du Père le lundi saint dernier.

Avec Mgr Isaac Jogues GAGLO Evêque du diocèse d’Aného (Togo) comme Modérateur des travaux de la matinée, ce deuxième jour de la 4ème Assemblée de la RECOWA/CERAO a connu les présentations des sous-thèmes avec trois conférenciers.

1ère Conférence

La première conférence a été donnée par Mgr Carles Gabriel PALMER-BUCKLE, Evêque de Cape Coast, sur la « Gouvernance pastorale et la construction de communautés fraternelles dans l’Eglise famille de Dieu en Afrique de l’Ouest, à la lumière de Fratelli Tutti ».

Après les mots de salutation du Conférencier, il a rappelé le thème général avant d’aborder le sous-thème à développer. Il a subdivisé son propos en trois (3) parties : 1. l’introduction, 2. la situation géopolitique de l’Afrique de l’Ouest ; 3. Le sous-thème lui-même.

Dans l’introduction, le conférencier a pris soin d’évoquer le lancement du cheminement synodal sur la Synodalité de l’Eglise universelle qui va aboutir aux travaux en plénière à Rome en octobre 2023. Selon lui, l’Assemblée Plénière de la RECOWA-CERAO ne peut pas oublier de faire cas de cette marche synodale.

Il a présenté une statistique des pays membres de la RECOWA-CERAO avec des chiffres des populations et des pourcentages des différentes confessions religieuses, tout en évoquant les attaques « soi-disant »islamistes qui sont selon lui, des faits pertinents pour la présentation sur la gouvernance pastorale.

Dans la deuxième partie de son intervention, Mgr PALMER-BUCKLE a procédé à un zoom sur l’Eglise-famille de Dieu en Afrique de l’Ouest. Cette terminologie d’Eglise-Famille de Dieu acceptée depuis 1994, a ciblé la famille comme un modèle pour l’Evangélisation, en se référant à l’accueil, à la chaleur humaine, à la solidarité, au partage et autres valeurs qui caractérisent les familles africaines. Selon lui, la nouvelle évangélisation va s’édifier en évitant le favoritisme, l’ethnicisation. En se référant au Document de Kampala de 2019, il a fait noter qu’il y a beaucoup d’effort à faire afin de parvenir à la construction de cette Eglise-Famille de Dieu dans l’acceptation de l’autre, le dialogue, la confiance, l’amour, la justice, et la paix. Il faut pour cela, la communion avec Dieu et avec ses frères et sœurs, d’autant plus que l’Eglise est un ensemble de personnes interconnectées.

Avant d’aborder la gouvernance pastorale, le Conférencier a fait savoir que Fratteli Tutti ne peut être apprécié sans recourir à Laudato Si, et à Evangelii Gaudium tel que signifié par le Cardinal TAGLE dans son intervention à la cérémonie d’ouverture de cette 4ème Assemblée de la RECOWA-CERAO. Il a aussi relevé le fait que l’Ecologie humaine, l’écologie naturelle, et l’écologie spirituelle sont inséparables.

Partage sur la gouvernance pastorale

Pour définir la gouvernance pastorale, Mgr Gabriel a pris la figure du Bon Pasteur en St Jean 10, de même que l’image du Pasteur dans le chapitre 34 du Prophète Ezéckiel. Il a fait noter les propos du Saint-Père, le 28 mars 2013, qui voudrait que les Evêques soient des bergers à l’odeur des brebis, qu’ils s’identifient à la vie des brebis. Selon lui, la gouvernance pastorale doit suivre cette déclaration de Jésus: Je suis le bon berger, un bon berger donne sa vie pour ses brebis. Il faut également rappeler ces autres paroles de Jésus : « J’ai d’autres brebis… », qui soutiennent la Mission ad extra.

Il a ainsi résumé son intervention : 1. Etre responsable devant Dieu et devant les brebis dont on a la charge; 2. Faire paître les brebis consciencieusement ; 3. Se soucier aussi des autres brebis qui n’appartiennent pas à cette bergerie.

Il a rappelé pour terminer, les parles fortes du Pape : 1. Le monde entier est la paroisse, le locus missionnis des pasteurs ; 2. Chaque baptisé est appelé à la mission ; 3. C’est l’appel à chaque Evêque, prêtre, consacré et laïc, d’aller au-delà de nos frontières ; 4. Chaque baptisé est appelé à la Fraternité sociale et à prendre soin de la maison commune; 5. Regarder au-delà de nos ethnies.

2ème Conférence 

La deuxième, conférence a été faite par une canadienne, Mme Josianne GAUTHIER (CIDSE), sur le thème : « A la lumière de Laudato Si et de Fratelli Tutti, déterminer le ou les lien(s) constant (s) entre questions de foi et de justice montrant le ou les chaînon (s) manquant dans la mobilisation de l’Eglise en Afrique de l’Ouest pour qu’elle soit plus active dans les actions de justice sociale et de Fraternité Sociale ».

Après avoir exprimé sa joie d’avoir été invitée à cette Assemblée, elle a annoncé qu’elle va livrer sa propre expérience telle  que sa foi l’a poussée. Elle a fait le lien entre Laudato Si et Fratelli Tutti.

Selon elle, à voir de près, nous ne sommes pas si différents les uns des autres : Nous aspirons tous à la justice, à la paix. De même, les crises sont interconnectées, les abus, les rapports de violation, le colonialisme,… La vérité n’est pas facile à regarder en face, et il arrive de fermer les yeux sur le respect des droits de l’homme sans se demander si l’on fait partie du problème. Elle a dressé le tableau affligeant de l’exploitation et de la culture du gaspillage, qui conduisent au phénomène des migrations… ll n’y a pas de paix sans justice a-t-elle dit. Il faut agir avec courage et avec amour.

Elle a terminé sa conférence par ces exhortations :

  • Nous sommes invités tous les jours à la conversion écologique en mettant le bien commun au-dessus de tout.
  • Il nous faut changer de modèles, au risque de subir des conséquences économiques et autres.
  • A Glasgow, les résultats n’étaient pas au rendez-vous et le cap est mis sur la Cop 2027.
  • L’on peut compter sur l’Eglise, qui a une expérience morale directe et qui sait pourquoi il faut sauver notre maison commune.

A la question, comment cheminer ensemble ?, elle a répondu :

  • La planète est épuisée, et nous qui y habitons avons encore le temps de nous disputer, alors que nous devons nous réconcilier.
  • La vérité doit nous pousser à changer.
  • L’indifférence, et l’individualisme peuvent nous détruire. De ce fait, savoir que nous sommes une famille est immense.
  • Ceux qui ne croient en rien sont bien, mais ils sont seuls.
  • La solidarité est cette invitation à travailler avec les autres pour le bien commun.
  • Nous avons une responsabilité commune ; il nous faut rester ensemble et notre message de justice sera plus fort et de même nous serons plus forts, et d’autres pourront se joindre à nous.

3ème Conférence 

Le troisième Conférencier a été le RP Chika ONYEJIUWA CSSp, de  la Congrégation du Saint Esprit qui a fait un témoignage au sujet de l’expropriation des terres.

Pour commencer, une vidéo a illustré le phénomène d’occupation des terres.  Il ressort de la présentation, que la RECOWA-CERAO peut aider les populations à réclamer leurs droits.

  • Les prêtres ont déjà pris la parole afin que justice soit faite.
  • Il faut un terrain d’entente avec les populations avant de prendre les terrains.
  • Les populations disent ne pas être contre le développement, mais qu’il y ait un consensus avant toute action.
  • Tant qu’il y aura de l’injustice, la RECOWA-CERAO continuera à parler.

Au regard de l’impact négatif du changement climatique, le Père Chika a laissé entendre qu’une seule phrase peut résumer ce qui constitue sa relation avec la RECOWA-CERAO : une Eglise écoutante ; car une Eglise qui n’écoute pas, meurt ; la RECOWA-CERAO est une Eglise qui écoute à partir de ses tournées. Il a été suggéré de travailler de façon unie avec des Conférences Episcopales.

Questions-réponses-propositions

  • Le terrorisme, c’est beaucoup de souffrances, et y a beaucoup de nos fidèles qui ont cette souffrance et dont nous devons sentir l’odeur : proposition d’envoyer un message fort aux brebis qui souffrent ; ou rédiger quelques lignes dans le communiqué final.
  • Mgr Philippe KPODZRO l’Archevêque Emérite de Lomé (Togo), Doyen des Evêques étant dans une situation difficile d’exil selon le rapport de la Conférence des Evêques du Togo, il est proposé que la RECOWA-CERAO lui adresse un message, peu importe  la façon dont il en est arrivé là.
  • Certaines personnes sont de l’Eglise, mais pour certaines raisons, ont quitté pour aller ailleurs : eux-aussi sont nos brebis : on peut mettre sur pied une commission spéciale pour se pencher sur la question.
  • Il y a de l’espoir malgré tout ; et nous devons retrouver cet espoir en nous.
  • Les étrangers viennent prendre les terres et ce qu’elles contiennent. Les années à venir, on se demande ce que nos agriculteurs vont devenir.

Une intervention de son Eminence Cardinal TAGLE

La journée du jeudi 5 mai, a connu l’intervention de Son Eminence Mgr Luis Antonio Cardinal TAGLE, Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples, dont nous retenons ce qui suit :

Le mot mission a une connotation territoriale ; c’est pour cela qu’il y a des territoires dit chrétiens, d’autres reçoivent des missionnaires et d’autres envoient des missionnaires. Lorsqu’on est chrétien baptisé, on est dans l’Eglise universelle, mais à partir d’un territoire précis. Seulement sans l’universel, le local a du mal et vice versa ; le territoire devient une secte sans l’universel.

Avec les contacts personnels, on parle d’espace au lieu de territoire ; l’espace de communication peut être le même pour tous ceux qui participent à un forum par exemple. Le contexte global change et nous sommes appelés à faire en sorte que l’Eglise soit vraiment missionnaire.

Tous les baptisés étant des missionnaires, et Jésus ayant appelé à être avec lui, à l’écouter, et à témoigner de lui, être disciple et être missionnaire vont ensemble. La foi meurt, lorsque le disciple le garde pour lui.

Le prêtre envoyé en mission  doit avoir une motivation missionnaire.

Avec l’envoi des prêtres en mission à l’extérieur de son diocèse, il faut des termes clairs dans le contrat. Après le nombre défini d’années, le prêtre doit rentrer dans son diocèse. Celui qui s’envoie lui-même, n’est pas allé en mission ; le prêtre missionnaire doit être envoyé par son Evêque.

Le contact personnel avec les gens est un acte de mission.

En plus de l’intelligence émotionnelle, il faut l’intelligence culturelle, c’est-à-dire connaître sa culture et être ouvert à d’autres cultures. Il faut développer l’esprit de la fraternité.

Nouveau bureau élu de la RECOWA/CERAO :

Voici les membres élus du nouveau Conseil de Présidence de la RECOWA/CERAO :

Président : Mgr Alexis Touabli YOULO, Evêque d’Agboville (Côte d’Ivoire),

Premier Vice-président ; Mgr Joseph AFRIFAH-AGYEKUM, Evêque de Kofodidoua (Ghana),

Deuxième Vice-Président : Mgr José LAMPRA CA, Evêque de Bissau (Guinée Bissau).

Notons que le Président sortant, Mgr Ignatius KAIGAMA a bouclé son deuxième mandat statutaire, et Mgr Alexis Touabli a été le Vice-président.

Elections des Présidents des Commissions de la RECOWA/CERAO

La RECOWA/CERAO a huit (8) Commissions dont les Présidents ont été élus :

  • La Commission Episcopale pour le Clergé, les séminaires et la vie consacrée.
  • La commission Episcopale pour les Laïcs et la Famille
  • La Commission Episcopale, Justice Paix et Développement
  • La Commission Episcopale pour la Culture, le dialogue interreligieux (Islam et Religion traditionnelle) et l’Œcuménisme
  • La Commission Episcopale pour la catéchèse et l’Enseignement Catholique
  • La Commission Episcopale pour la mission, les Œuvres Pontificales et l’Apostolat de la mer, les Migrants et le Tourisme.
  • La Commission Episcopale pour la Liturgie, la théologie et l’apostolat biblique.
  • La Commission Episcopales des Communications sociales.

Passage des institutions

Avant le passage des institutions le vendredi, la messe a été dite pour le repos des Evêques et prêtres défunts de la sous-région, de même que pour les parents défunts des Evêques.

Les travaux se  sont poursuivis avec les interventions des institutions suivantes :

  • URPAO (Union Régionale des Prêtres de l’Afrique de l’Ouest)
  • URCAO (Union Régionale des Supérieurs Majeurs de l’Afrique de l’Ouest)
  • CRLAO (Conseil Régional du Laïcat de l’Afrique de l’Ouest)
  • CIWA (Institut Universitaire de l’Afrique d l’Ouest : partir anglophone)
  • UCAO (Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest) Rectorat

Quelques suggestions:

URPAO : Suggestion afin que l’Union aille vers les prêtres qui ont quitté le ministère.

UCAO : Réviser les Statuts et Règlements intérieur des Unités (par les CETE).

La journée du Samedi 7 mai a été consacrée à la visite de la Mosquée Nationale et du Centre National Chrétien (pour les différentes confessions chrétiennes), qui sont deux structures construites par l’Etat. La dernière visite a été faite à Veritas University, qui appartient à la Conférence des Evêques du Nigéria, et qui enregistre plus de trois (3) mille étudiants avec plus de mille logés sur le site.

Nouveaux Secrétaires Généraux

Le Conseil de présidence a présenté aux participants, le nouveau Secrétaire Général de la RECOWA/CERAO, le RP. Vitalis ANAEHOBI du Nigéria, qui a été le premier Secrétaire Adjoint. Le nouveau premier Secrétaire adjoint est le Père Vincent de Paul BORO du Burkna-Faso et le deuxième nouveau Secrétaire adjoint est le Père Célestin SAGNA du Sénégal.

Les travaux ont connu aussi les interventions des divers partenaires présents de la RECOWA/CERAO.

A la messe solennelle de clôture le dimanche 8 mai 2022, le message ayant sanctionné les travaux a été livré.                                                               

Fait à Abuja, ce 8 mai 2022,

Père Emile SEGBEDJI, SG – CET.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.